L’Île au Trésor – ROBERT LOUIS STEVENSON


Titre original :
Treasure Island

Résumé : Jim Hawkins découvre une carte dans le coffre d’un vieux loup de mer décédé dans l’auberge de ses parents. Il décide de partir à la recherche du trésor escompté mais un pirate auquel il manque une jambe est également sur cette piste.

Les plus : Le lien se développant entre Jim Hawkins et John Silver. L’image des pirates.
Les moins : Un brin de manichéisme.

En bref : L’Île au trésor est le roman de piraterie par excellence qui répond à notre soif d’aventure en nous faisant voyager jusque dans le langage employé.

Note : 3  

Mon avis :

Voilà un livre qui a beaucoup influencé l’imaginaire public au niveau de la vision des pirates.

L’Île au Trésor nous conte l’histoire de Jim Hawkins, un enfant qui aide ses parents à tenir une auberge nommée « L’Amiral-Benbow ». Un jour, un vieux loup de mer pousse la porte de l’établissement et s’y installe en demande au garçon de guetter l’arrivée d’un pirate auquel il manque une jambe. Le marin, très vite surnommé « Le Capitaine », est menacé par ses semblables. Plus tard, il reçoit la marque noire, annonciatrice de mort, mais c’est une crise d’apoplexie qui l’emportera loin des mains de ses confrères. Cependant, ces derniers sont bien décidés à récupérer le coffre qu’il gardait et surtout la carte dissimulée à l’intérieur. Elle est découverte par Jim qui la confiera au docteur Livesey et au châtelain Trelawney qui seront à la tête de l’expédition visant à retrouver le trésor que la carte indique, celui du Capitaine Flint.

Le récit est à la première personne et guidé par Jim Hawkins, mais durant quelques chapitres, il laisse la parole au docteur Livesey afin qu’il nous relate les évènements passés durant les absences du garçon. Ainsi, le livre est essentiellement destiné aux enfants qui suivront les aventures de Jim. Celui-ci ne sera pas qu’un simple invité à bord du navire et sera souvent sous la coupe de Long John Silver, un cuisinier auquel il manque une jambe. Bien entendu, aucune surprise sur ce point, cet homme est bien le pirate que craignait Billy Bones, le vieux loup de mer.

L’histoire demeure plutôt simple, les protagonistes découvre une carte au trésor, ils se rendent sur l’île afin de le récupérer et doivent également se frotter à l’équipage constitué de pirates. Le livre comporte très peu de combats, deux étant plutôt mémorables mais ce n’est pas tant l’action brute qui importe dans le roman mais plutôt la psychologie de certains personnages et leurs motivations.
En effet, si les pirates sont présentés comme sales, ivrognes, et foncièrement mauvais, l’un d’eux est plus complexe. Il s’agit bien sûr de Long John Silver. Il est d’abord présenté à Jim comme un simple cuisinier ayant beaucoup bourlingué et l’enfant le prend très rapidement en amitié, refusant l’idée qu’il puisse être le pirate que craignait Billy Bones. Les deux personnages se lient d’une amitié assez forte, Silver remplaçant par moment la figure paternelle. Ainsi la trahison du pirate en est d’autant plus douloureuse pour le garçon. Tout au long du roman, Silver est partagé entre son désir de richesse et la bienveillance qu’il éprouve pour Jim. De même, l’enfant bien que conscient de la nature cruelle et imprévisible de l’homme, est enclin à lui faire confiance. Un lien et une dualité non négligeable dans ce roman un brin manichéen.

Concernant la plume de Stevenson, elle est tout simplement propice au voyage. Les descriptions sont maniées de façon à donner suffisamment d’information pour que le lecteur visualise l’environnement mais assez courtes pour ne pas l’ennuyer. Mais ce qui fait la force du récit, c’est le langage réaliste des pirates et de l’univers nautique. Chacun aura véritablement l’impression d’embarquer avec les marins et de participer à leur aventure. Les termes employés déstabiliseront sans nul doute les plus jeunes, mais une fois dans le bain, chaque mot devient une évidence.

L’Île au Trésor est donc le roman de piraterie par excellence, où les forbans boivent comme des trous, les perroquets parlent, les gentilshommes se battent avec honneur et les trésors sont enterrés pour plus de sécurité. Après avoir lu ce livre, vous pourrez chanter fièrement : « Yo ho ho et une bouteille de rhum! »

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.