Pride & Prejudice – JOE WRIGHT

Titre français : Orgueil et Préjugés

Résumé : Un riche célibataire, Mr Bingley, fait l’acquisition du domaine de Netherfield. C’est l’occasion pour Mrs Bennet d’essayer de marier une de ses cinq filles qui risquent de se retrouver à la rue. Si le jeune homme se révèle d’une grande gentillesse et semble être attiré par l’aînée des cinq sœurs, Jane, ce n’est pas le cas de son ami, Mr Darcy, qui se montre hautain et heurte l’amour-propre d’Elizabeth.

Les plus : Une esthétique soignée en harmonie avec les intentions du réalisateur. La cohérence de l’intrigue malgré son rétrécissement.
Les moins : Des messages présents dans l’œuvre originale qui disparaissent. Un romantisme un peu trop poussé à l’extrême. Les personnages dénaturés.

En bref : Une adaptation qui décevra les amateurs du roman qui ne peuvent l’oublier le temps du visionnage, mais un bon film pour quiconque souhaite regarder une romance.

Note :

Critique de l’œuvre littéraire ici
 

Mon avis :

Pride and Prejudice est un livre de Jane Austen qui a inspiré plusieurs générations. Ainsi, il n’est pas étonnant que cette oeuvre fut adaptée à de nombreuses reprises. Ainsi, en 2005, ce fut le tour de Joe Wright de proposer sa vision du roman, avec Keira Knightley et Matthew Macfadyen dans les rôles d’Elizabeth Bennet et Fitzwilliam Darcy.

Rappelons très brièvement l’histoire du roman :
Mrs et Mr Bennet vivent à Longbourn avec leurs cinq filles. Lorsqu’un riche et célibataire jeune homme, Mr Bingley, loue Netherfield, un domaine voisin, Mrs Bennet y voit la possibilité d’un mariage pour l’une de ses filles. Ses plans semblent même se dérouler comme prévu puisque Mr Bingley ne semble pas insensible aux charmes de l’aînée, Jane.
Cependant, le jeune homme est venu avec un ami proche, Mr Darcy, qui contrairement au précédent, se montre plutôt hautain et blesse même l’amour-propre d’Elizabeth, la deuxième fille des Bennet. Suite à la rencontre et aux confidences de Mr Wickham, Lizzy se conforte dans sa première impression. Les personnages devront donc surmonter leur orgueil et leurs préjugés pour apprendre à se connaître et s’apprécier.

D’une durée d’environ deux heures, l’adaptation ne peut donc pas respecter le roman à la lettre, ainsi, le réalisateur modifia de nombreuses scènes afin d’offrir un spectacle cohérent pour sa longueur. Sur ce point, on ne peut que saluer l’effort d’avoir réussi à condenser le roman en si peu de temps, malheureusement d’autres intentions ne sont pas toujours de bon aloi.

En effet, le roman de Jane Austen n’est pas seulement le récit d’une histoire d’amour, il est avant cela, la critique d’une société peu clémente envers les femmes si elles n’ont pas d’économies, une société obsédée par l’argent, le mariage, et même le rang social. Toute cette dimension disparaît dans le film pour ne faire uniquement place qu’à la romance.
Cela se ressent notamment dans l’esthétique du film. De nombreux choix dénotent une intention de romantisme au sens plus large du terme. Joe Wright offre plusieurs plans séquence sur les paysages un peu sauvages de l’Angleterre, chose qui était très prisée par les écrivains romantiques comme les sœurs Brontë. De même, des scènes en intérieurs se passent à présent à l’extérieur, dans un décor empli de verdure.
De plus, la différence sociale entre les Bennet et les gentilshommes est accentuée puisque la demeure familiale donne directement sur une sorte de ferme où s’ébattent des oies, et même des porcs. Ainsi, l’idée d’un rapprochement entre une fille issue d’une telle société avec un homme possédant un domaine resplendissant est bien plus proche d’une notion de romantisme, cherchant ainsi à placer l’humain avant la possession.
Enfin, on peut surtout noter l’importance de l’expansion des sentiments. Une déclaration s’effectue sous une pluie battante, des paroles transmises dans des lettres sont à présent émises oralement et avec passion, la scène finale (apparemment rajoutée pour l’audience américaine) étant également très sentimentale.
Tous ces éléments dénaturent le récit original puisque Jane Austen n’appartient pas à ce mouvement littéraire. Si elle préfère rester vague sur les paroles amoureuses que peuvent prononcer les personnages, lorsque ces derniers exposent leurs sentiments, tout s’effectue dans le respect des convenances de la fin du XVIIIe siècle, ce qui nous amène à un autre point.

Le film respecte peu le caractère des personnages. Si Elizabeth est un esprit indépendant, elle n’en demeure pas moins quelqu’un de respectueux et posé, chose qui n’est pas représentée dans le film. Joe Wright en a fait un personnage insolent et pouffant, chose peu respectable des convenances. Mr Darcy devient extrêmement romantique, faisant parfois des apparitions débraillées. Mr Bennet n’est plus aussi cynique et semble plutôt accablé par l’âge. Il y a, bien entendu, d’autres exemples, mais en somme, bon nombre de personnages perdent leur essence si particulière.

Finalement, Pride & Prejudice est une adaptation trop libre dans le sens où le réalisateur a transformé plusieurs éléments afin de les rendre plus accessibles à un public moderne. Par exemple, il semble plus commun à une personne du XXIe siècle que deux amoureux usent de romantisme, mais cela forme une trahison par rapport au support original.
En revanche, Pride & Prejudice est un bon film. Une personne n’ayant aucune connaissance du roman, ou désirant l’oublier totalement passera un excellent moment. L’intrigue est cohérente, l’enchaînement se fait de façon fluide et logique, la réalisation est superbe, la photographie fait rêver, bref, les amateurs de films romantiques seront agréablement servis.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.