Joseph Balsamo – ALEXANDRE DUMAS

Résumé : Joseph Balsamo, dirigeant d’une puissante société secrète, cherche à éradiquer la monarchie. Il décide donc de s’attaquer à la France qu’il considère comme un pays stratégique. Subtilement, Joseph Balsamo s’introduit dans les sphères de pouvoirs afin de semer le grain de son œuvre.

Les plus : La bonne intégration de la fiction au milieu des faits historiques.
Les moins : La mise en place très longue des événements, résultant en l’impression de lire une immense introduction pour le prochain livre.

En bref : Un roman qui laisse finalement peut de place à son héros éponyme, préférant se concentrer que les intrigues politiques accompagnant l’arrivée de Marie-Antoinette en France.

Note :   

Mon avis :

Alexandre Dumas est connu pour son roman Le Comte de Monte-Cristo, ou encore sa célèbre trilogie mettant en scène les mousquetaires. Cependant, il est également l’auteur d’une fresque historique retraçant la fin du règne de Louis XV jusqu’à la Révolution française avec la mort de Louis XVI. Cette œuvre s’intitule Mémoires d’un médecin, et comprend six ouvrages, bien que le dernier n’en fasse pas officiellement partie malgré sa continuité avec les événements des tomes précédents. Le premier volet de cette série littéraire est donc le livre qui nous intéresse ici.

Joseph Balsamo débute avec son héros éponyme. Celui-ci se rend à une réunion d’une société secrète, s’apparentant fortement à la Franc-maçonnerie. Le groupe tente de déterminer si Joseph Balsamo est digne d’intégrer leur communauté en lui faisant subir certaines épreuves destinées à l’effrayer ou le répugner. Il n’en est rien, et le héros se révèle être celui que tous ces hommes attendaient, le Grand Cophte.
Joseph Balsamo expose donc ses intentions, à savoir éradiquer la monarchie. Pour cela, il compte s’attaquer à la France dont il trouve la position stratégique, pouvant inciter les autres puissances à tomber avec elle. Ainsi, le Grand Cophte délivre plusieurs missions à ses disciples avant de se diriger vers la France, où il compte semer petit à petit le grain de la révolte.

Comme évoqué précédemment, Joseph Balsamo est le premier tome de la fresque, malheureusement, cet état lui confère certains défauts assez regrettables.
Avec un tel titre, le lecteur est en droit de penser que l’histoire tournera autour de ce personnage, pourtant, il n’en est rien, Joseph Balsamo devenant même un personnage secondaire. Après la cérémonie de la société secrète, on s’attend à voir tous les rouages du protagoniste dans leurs moindres détails. Malheureusement, Joseph Balsamo apparaît très peu, et bien qu’il apporte son aide à des personnes haut placées, ses interventions demeurent plutôt rares, et seule une scène située vers la fin du livre représente réellement une action risquée et intéressante à lire.
C’est assez regrettable, car lors de la réunion de la société secrète, le Grand Cophte promet de faire tomber la monarchie en œuvrant durant vingt longues années, expliquant à ses disciples qu’une telle entreprise doit faire preuve de patience, cependant, le lecteur ne s’attend pas à ce que sa propre patience soit mise à l’épreuve. Au contraire, il espère voir quelques complots, quelques corruptions, ou bien d’autres gestes, d’autant plus qu’à notre époque, nous connaissons l’Histoire et savons que la monarchie chutera effectivement. Ainsi, il est assez frustrant de ne pas voir s’acheminer plus rapidement les diverses machinations de Joseph Balsamo.
Pourtant, Alexandre Dumas nous promettait monts et merveilles avec ce personnage. En effet, inspiré de Giuseppe Balsamo, dit Alessandro, comte de Cagliostro, ce personnage partage de nombreux point avec sa figure historique, bien qu’il soit très romancé. En effet, si le comte de Cagliostro s’était auto-proclamé mage et importa la franc-maçonnerie, son équivalent fictif affirme se souvenir de toutes ses réincarnations tout en étant capable de sorcellerie édifiante, et contrôle une société qui s’apparente à la franc-maçonnerie. De même, le comte fut l’époux d’une certaine Lorenza qui l’aida dans ses escroqueries, chose qui fut reprise partiellement dans le roman puisque Joseph Balsamo enleva Lorenza pour qu’elle devienne sa femme, mais également un réceptacle de sa magie avant tout, l’aidant à prédire l’avenir afin de mieux tromper ses victimes.
Ainsi, Alexandre Dumas nous faisait miroiter un récit historique teinté de fantastique pouvant devenir des plus intriguant. Malheureusement, l’auteur se concentra davantage sur les figures de la Cour.

De ce point de vue, l’écrivain nous offre une fois de plus un récit appréciable au niveau de leur véracité. Nous suivons essentiellement les déboires de la Comtesse du Barry afin de se faire accepter comme nouvelle maîtresse de Louis XV. Devant être présentée afin de faire partie officiellement de la Cour, cette cérémonie ne peut se faire sans certaines conditions bien précises. Parmi les obstacles se trouve le duc de Choiseul, ministre du roi, mais également Marie-Antoinette dont l’arrivée pourrait annuler toute possibilité de présentation.
Ainsi, nous suivons les diverses intrigues de la Cour, les alliances et les oppositions, les coups montés, les perfidies de chacun pour accéder à ses fins. Ces éléments sont, bien entendu, essentiels à la compréhension de la situation du royaume, mais ce sont ces mêmes faits qui ralentissent le rythme du roman. Pendant que nous voyons tout ce beau monde persifler, nous ne voyons pas les grains semés par Joseph Balsamo, car bien évidemment, les complots visibles ne sont pas de sa volonté, mais de celle des gens de pouvoir qui font déjà vaciller la monarchie, chose pour laquelle la France fut choisie par le Grand Cophte.

Enfin, si le récit s’avère si lent, c’est parce qu’il introduit des personnages entièrement fictifs dont les aventures et mésaventures accaparent finalement un nombre assez conséquent de pages.
Il s’agit de la famille Taverney, composée du baron et de ses deux enfants, le fraîchement nommé capitaine Philippe, et la jeune vierge parfois arrogante Andrée. Ces personnages sont habilement glissés au centre d’intrigues historiques, tout en étant lié à un autre protagoniste, Gilbert, fils d’anciens domestiques du baron. Ce jeune homme s’avère finalement être le véritable héros du roman, bien qu’il soit davantage un anti-héros tant ses actions sont déplorables au fur et à mesure de l’histoire. À ce propos, lors d’un chapitre, le lecteur comprend que Gilbert n’est autre que ce fameux médecin dans le titre de la fresque.
Malheureusement, Gilbert est un personnage assez détestable. Se vantant d’appliquer des principes du célèbre Jean-Jacques Rousseau, ses raisonnements ne sont en réalité qu’un détournement de l’idéologie du philosophe pour correspondre à ses pulsions. Les derniers chapitres concernant Gilbert sont par ailleurs d’une immoralité assez incroyable pour un personnage se déclarant si intelligent, si logique. Ainsi, puisqu’il prend autant de place dans le roman, il est difficile d’accueillir à bras ouvert chaque instant de lecture.
Pourtant, on ne peut nier l’habileté de l’auteur à rendre si réalistes ses personnages fictifs au milieu de toutes ces figures historiques, leur attribuant une véritable consistance. Il parvient même à souffler discrètement une critique de l’être humain et de sa nature. Rousseau expliquait que l’Homme naît bon, mais que la société le corrompt, et nous pouvons voir effectivement toute la noirceur qui émane de la Cour. Cependant, une interrogation subsiste en ce qui concerne le personnage de Gilbert. Lui qui s’inspire des écrits philosophiques du Genevois, correspond-il à cette définition ?

Finalement, Joseph Balsamo est un roman assez inégal. Bien que son commencement promette des événements d’un grand intérêt, nous n’en voyons qu’une infime partie, au profit d’autres intrigues. Ainsi, le lecteur a davantage l’impression de lire une immense introduction à la fresque historique que veut nous proposer Alexandre Dumas, plutôt qu’un livre ayant sa propre identité.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.