Les Malheurs de Sophie – BERNARD DEYRIÈS


Résumé :
Sophie est une enfant qui fait énormément de bêtise contrairement à ses amies Camille et Madeleine. Nous suivons leurs aventures ponctuées de joie et de tristesse au fur et à mesure qu’elles grandissent.

Les plus : Le parcours psychologique de Sophie. Les messages divulgués.
Les moins : Certains éléments un peu archaïques comme le mariage entre cousins.

En bref : Une adaptation qui a su conserver l’essentiel tout en modernisant certains passages afin que le propos puisse globalement traverser les époques.


Note :

Critique de l’œuvre littéraire ici
 

Mon avis :

Les Malheurs de Sophie est une adaptation du roman éponyme ainsi que de sa suite, Les Petites Filles Modèles et Les Vacances, livres écrits par la Comtesse de Ségur. La série animée fut diffusée à la télévision à partir de 1998 et permit à de nombreux enfants de découvrir ce classique de la littérature française avec les modifications avisées de Bernard Deyriès. Rappelons tout de même globalement l’histoire.

L’action se déroule au XIXe siècle. Sophie de Réan est une enfant turbulente et débordante d’imagination lorsqu’il s’agit de faire des bêtises. Nous suivons donc son quotidien en compagnie de ses amies Camille et Madeleine de Fleurville, ainsi que son cousin Paul d’Aubert. Toutefois, le schéma des épisodes ne s’arrête pas ici puisque la famille de Réan et d’Aubert embarquent pour l’Amérique. Un voyage qui se révélera fatal puisque suite au naufrage de leur navire, Sophie et son père s’en verront les seuls survivants.
Durant leur vie en Amérique, alors que M. de Réan est soucieux du bonheur de sa fille, il épouse Mme Fichini, une femme qu’il pense douce et capable d’assurer le rôle de mère pour Sophie. Malheureusement, cette femme s’avère n’être qu’une marâtre cherchant le moindre prétexte pour battre la pauvre enfant. Plus tard, après la mort du père, Mme Fichini et sa belle-fille retourneront au manoir des Réan, où Mme de Fleurville et une amie secourue, Mme de Rosbourg, tenteront d’éloigner Sophie de sa cruelle belle-mère.

Concernant cette adaptation, bien qu’elle se dise libre, elle demeure tout de même fidèle ne serait-ce qu’avec des dialogues au mot près et la ligne directrice des événements. Ainsi, les premiers épisodes sont une succession de tranches de vie où Sophie s’illustre avec une nouvelle bêtise, ce qui rend ces passages assez interchangeables. Toutefois, à partir du moment où le voyage en Amérique est abordé et entamé, la série observe véritablement une continuité avec les romans en guise de fondation.
Bien entendu, certains éléments ont subi des modifications. Par exemple, l’âge des protagonistes passe de quatre à sept ans, ce qui n’est pas un mal en soi puisque cet état de fait pouvait s’avérer assez étrange dans les romans compte tenu des actions et des discours des enfants. De même, le destin de personnages très secondaires voit quelque changement, mais cela devient nécessaire pour ne pas trop alourdir et compliquer la série, les péripéties étant déjà suffisamment accablantes.
Cependant, il est bon de noter que le spectateur n’est pas épargné et que les tragédies principales présentes dans le roman demeurent dans la série. De cette façon, aucune mort n’est évitée et la série montre, de manière directe ou détournée, les châtiments corporels que reçoit Sophie de sa belle-mère. Cela n’est évidemment pas conservé par sadisme, mais bien pour dénoncer ce type de pratique puisque Sophie réapprendra l’amour et la confiance grâce aux bons soins et la patience de Mme de Fleurville.

La série se permet même de compléter des trous de l’histoire, comme par exemple le séjour de Sophie en Amérique qui est passé sous silence dans les romans, hormis quelques flashbacks très vagues. Nous voyons donc de quelle manière Mme Fichini a su duper M. de Réan et constater le début du calvaire de la pauvre Sophie, mais nous pouvons aussi observer la petite de Réan s’adapter à la vie dans un pays étranger et se lier d’amitié avec un enfant noir, chose qui demeure exceptionnelle compte tenu du contexte colonialiste. Ainsi, la série a su s’affranchir des pensées archaïques du roman, mais en conserve tout de même quelques-unes, notamment le mariage entre cousins.
Les ajouts mentionnés permettent d’obtenir un véritable parcours psychologique du personnage principal. Le spectateur suit Sophie depuis son enfance turbulente, passant par une préadolescence difficile, jusqu’à un âge adulte épanoui, ce qui le rend proche de cette protagoniste attachante et le fait profiter de belles leçons de vie. Ce dernier point est assez important puisque la série aborde tout de même des sujets graves, mais sans devenir pour autant oppressant ou rébarbatif. Bien entendu, les plus sensibles ne manqueront pas de verser une larme en visionnant les épisodes, mais la série est d’une grande justesse qui se conclue de manière suffisamment heureuse pour que le spectateur ne se sente pas vide mais comblé par cette expérience.

Finalement, Les Malheurs de Sophie est une série qu’il est bon de voir ou de revoir. Les changements et la modernisation des pensées présentes dans les romans donnent un souffle de fraîcheur à l’histoire, offrant ainsi un divertissement de choix. Les musiques se prêtent vraiment bien aux événements qui se déroulent à l’écran et l’animation demeure encore plaisante aujourd’hui. Si l’on ajoute à cela une prise de position sur des sujets importants et encore d’actualité comme la maltraitance infantile, nous avons là une série d’exception à ne pas manquer.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.