The Prefect Dreyfus Emergencies, Book 2: Elysium Fire – ALASTAIR REYNOLDS


Titre français :
Non traduit

Résumé : Une nouvelle affaire du préfet Dreyfus, impliquant cette fois une série de morts au sein de la Glitter Band, et dont la cause demeure une véritable énigme.

Les plus : Les personnages toujours aussi marquants.
Les moins : Certains éléments un peu trop survolés. L’impression de ne pas voir de réelles conséquences dans l’univers du livre.

En bref : Une enquête très plaisante à lire, mais qui laisse tout de même un petit arrière-goût d’inachevé, comme si le roman méritait quelques pages supplémentaires.

Note :

Mon avis :

Environ dix ans après la parution de The Prefect, Alastair Reynolds revient avec une nouvelle enquête de Tom Dreyfus. Les événements se déroulent deux ans après ceux du premier tome. Panoply fait face à une perte de confiance de la part des habitats de la Glitter Band. Une situation qui profite à Devon Garlin, usant de discours visant à inciter les citoyens à s’affranchir du système actuel. Par ailleurs, Panoply doit affronter une nouvelle crise : une série de morts sévit sans que personne ne puisse en expliquer la cause. Le défi est donc de résoudre cette affaire sans qu’elle ne s’ébruite, afin d’éviter la panique générale et de donner du grain à moudre aux idées de Garlin.

Dans Elysium Fire, nous retrouvons des personnages qui faisaient déjà la force du premier opus. Que ce soit Tom Dreyfus, ses collègues Thalia Ng et Sparver Bancal, ou encore sa supérieure Jane Aumonier, il est agréable de les voir de nouveau évoluer à travers diverses péripéties. Chacun d’entre eux possède déjà une personnalité et une verve plaisantes, mais leur situation et leurs relations permettent également d’apporter des thèmes intéressants.
Tom Dreyfus est cet homme détenant une forte expérience, croyant donc en son instinct, mais n’étant pas à l’abri d’une erreur professionnelle si ses convictions ou son intégrité font l’objet d’une attaque. En cela, ses interactions avec Devon Garlin sont à la fois frustrantes et captivantes, puisque les deux personnages sont très différents hormis leur entêtement, et représentent chacun une vision définie de ce qu’est la Glitter Band. Si le lecteur est plus enclin à prendre parti pour Dreyfus, il n’est pas impossible de comprendre le point de vue de Garlin, dont le discours reflète la peur et l’insécurité des citoyens.
Thalia Ng et Sparver Bancal sont deux préfets qui se ressemblent sur de nombreux aspects. Tous les deux ressentent ou ont ressenti le besoin de prouver leur valeur – Thalia suite aux préjugés envers son père, Sparver suite à sa condition d’hyperpig. Tous les deux sont des personnes compétentes défiant parfois l’autorité pour faire entendre leurs idées. Tous les deux vivent en quelque sorte dans l’ombre de leur mentor, Dreyfus. Tout cela mène à une solidarité entre eux, mais également à des conflits, notamment lorsque leur façon d’opérer est remise en question.
Jane Aumonier est une figure forte sur de nombreux points. Avoir dépassé l’épreuve du scarab, elle a gardé la ténacité dont elle a dû user pour survivre pendant onze ans. Pouvant accomplir son travail sans sembler s’épuiser, elle est l’autorité dont Panoply a besoin en temps de crise. Devant analyser les différentes options, elle est la personne responsable des décisions à prendre, même si le coût paraît élevé. Un fardeau difficile pour une seule paire d’épaules, et l’on peut s’interroger sur la capacité d’une personne à endosser tout cela, car la possibilité d’une erreur n’est jamais exclue.
Elysium Fire bénéficie donc d’un noyau de personnages attachants, nous impliquant facilement dans l’histoire, car c’est à leurs côtés que l’on tente de résoudre le mystère, et leurs qualités ainsi que leurs défauts les rendent sympathiques.

Une fois de plus, l’enquête s’inscrit dans l’univers de Revelation Space. Le récit alterne entre présent et passé, les analepses nous contant l’enfance de Julius et Caleb, fils de Marlon et Aliya Voi. Ce nom revenait déjà régulièrement dans The Prefect, Sandra Voi étant à l’origine du système démocratique de la Glitter Band, et son nom étant devenu une façon de jurer comme on pourrait le faire avec Dieu (exemple : “What in Voi’s name”). Toutefois, contrairement au volet précédent, les connexions avec les autres livres du même univers s’avèrent bien plus légères, les liens se faisant davantage avec l’autre aventure de Dreyfus. À ce sujet, il est bon de noter que malgré le prologue servant de résumé, il est tout de même fort conseillé de lire The Prefect avant Elysium Fire, car plusieurs références seraient alors obscures au lecteur.
Ce manque de connexions réelles avec le reste de la saga est plutôt regrettable, car on ne ressent pas tellement les conséquences de l’enquête sur la fresque entière. Plusieurs points sont pourtant importants et concernent le fonctionnement de la Glitter Band, mais ils apportent leur lot de questions qui demeurent inexplorées. Un effet qui n’est malheureusement pas isolé, puisque plusieurs éléments de narration sont un peu trop survolés, l’un d’eux donnant même la sensation d’être là pour le lecteur plutôt que pour les personnages de l’histoire. Ces zones d’ombre ne sont pas vraiment un problème durant la lecture, car on peut imaginer qu’elles seront résolues plus tard, mais au fur et à mesure, on se doute bien qu’il est impossible d’adresser ces soucis dans les chapitres restants. Un goût d’inachevé teinte alors la lecture, comme s’il manquait des pages à l’œuvre. Une impression assez légitime quand on voit que Elysium Fire fait environ deux cents pages de moins que les autres livres de l’auteur. Les idées présentes méritaient peut-être ces pages manquantes pour se développer à leur guise.

Finalement, malgré ses défauts, Elysium Fire est un roman très agréable à lire. Alastair Reynolds signe là une suite qui ne possède peut-être pas la même ampleur que The Prefect, mais qui nous offre un nouveau morceau de vie de Panoply sachant nous tenir en haleine.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.