Card Captor Sakura – CLAMP


Titre original :
カードキャプターさくら (Kādokyaputā Sakura)

Résumé : Dans la bibliothèque de son père, Sakura découvre le livre de Clow, un étrange grimoire qui contient de mystérieuses cartes. En l’ouvrant, ces fameuses cartes s’envolent et disparaissent. Le gardien Kerberos apparaît alors, et confie à Sakura la tâche de retrouver les cartes perdues avant que leur magie ne fasse trop de dégâts.

Les plus : Les dessins très soignés. Les personnages attachants.

Les moins : Certains points un peu problématiques. Un rythme un peu trop effréné. Des maladresses dans la traduction française.

En bref : Un manga qui, malgré ses petits défauts, porte bien son statut de classique, offrant une aventure divertissante et adorable à lire.

Note :

Mon avis :

Card Captor Sakura est un manga divisé en douze volumes. Il raconte l’histoire de Sakura Kinomoto, une petite fille de CM1, qui a laissé s’échapper des cartes magiques en ouvrant le livre de Clow. Elle est chargée de les retrouver par le gardien du livre, Kerberos, avant que leurs pouvoirs ne provoquent de catastrophes sur la ville.

J’ai personnellement découvert le manga par le biais de son adaptation en série télévisée que j’adorais regarder. Je me suis donc tournée vers le matériau original, curieuse de savoir comment l’histoire se déroulait dedans. La surprise fut grande.
En effet, le manga et l’anime ne suive pas du tout la même chronologie. Les aventures de Sakura sont bien plus courtes dans le manga et cela s’explique en partie par le fait qu’il y a beaucoup moins de cartes existantes dans le manga. De plus, leur capture ne s’effectue pas toujours de la même manière.
En soi, ce n’est pas un problème, car l’histoire permet de surprendre le lecteur, mais le manga en souffre un peu au niveau du rythme. Les péripéties étant moins nombreuses, le manga s’avère donc plus court. S’attardant beaucoup moins sur les personnages, leurs relations, et leur vie quotidienne, il dégage une impression de rapidité, comme si l’on ne découvrait que les grandes lignes. Certains protagonistes en ont une évolution un peu trop radicale, et certaines révélations arrivent assez brusquement sans que le mystère les précédant n’ait le temps de vraiment s’installer.
L’histoire en elle-même est intéressante à suivre. Certains pourrait regretter le manque de réels enjeux, mais en tant que lecture douce et sans prise de tête, ce manga remplit très bien son rôle. À noter tout de même que certains éléments sont plutôt problématiques, notamment la différence d’âge dans deux relations. Une chose qui a été partiellement corrigée dans l’adaptation.

D’un point de vue un peu plus technique, les dessins sont indéniablement beaux. Très fins et soignés, ils s’accordent bien avec le ton de l’histoire, sachant apporter délicatesse et dynamisme.
En revanche, la traduction française contient plusieurs maladresses. L’action se déroulant au Japon, l’appellation d’une personne dépend de sa proximité avec autrui. Ainsi, certains personnages s’appellent par leur nom de famille, tandis que d’autres s’appellent par leur prénom, à cela s’ajoutant également les suffixes “-chan”, “-kun”, “-san”, ou encore “-sama” indiquant également la relation entretenue avec la personne. La traduction française oublie complètement cela en se calquant sur notre culture, mais semble parfois se tenir à la version originale. Ainsi, certains personnages s’appellent par leur prénom, puis leur nom de famille, pour revenir au prénom sans raisons apparentes. On peut également observer des inconsistances dans l’écriture des noms.
Néanmoins, il est bon de constater qu’un choix intéressant a été fait concernant le personnage de Kerberos. Ce dernier possédant l’accent d’Osaka, la traduction a décidé de retranscrire ce dialecte différent en utilisant l’accent marseillais. Un choix qui peut diviser, mais qui s’avère plutôt judicieux vu le contexte.

Finalement, Card Captor Sakura est un bon manga pour passer un moment agréable. Il possède ses petits défauts, mais la lecture demeure divertissante. Je lui préfère tout de même son adaptation animée plus complète, et qui fait définitivement vibrer ma fibre nostalgique.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.