Revelation Space, Book 2: Redemption Ark – ALASTAIR REYNOLDS

Titre français : L’Arche de la rédemption

Résumé : L’humanité a réveillé les Inhibiteurs. Ces machines d’origine extraterrestre sont programmées pour détecter toute vie ayant un certain degré d’intelligence, afin d’en assurer ensuite la destruction. Les quelques personnes étant au courant de cette menace ont chacune une stratégie différente pour gérer la situation, avec toutefois un point commun : le besoin d’armes apocalyptiques créées par les Conjoiners.

Les plus : La mise en lumière des Conjoiners et des Inhibiteurs.
Les moins : La mise en place vraiment longue des événements. Le manque de repères temporels par le biais de dates.

En bref : Une bonne suite qui permet d’en apprendre davantage sur l’univers de la saga et qui augmente les enjeux de l’histoire.

Note :

Mon avis :

Redemption Ark se déroule majoritairement selon deux points de vue, chacun se séparant parfois selon les personnages.
D’une part, nous suivons Ana Khouri et Ilia Volyova qui, après les événements de Revelation Space, ont décidé d’opérer sous couverture à Resurgam. Face au danger que représentent les Inhibiteurs, les deux femmes cherchent à évacuer la planète sans encombre – la difficulté étant de ne pas ébruiter leur véritable identité, notamment à cause du statut de criminelle que possède Volyova auprès de la colonie, bien qu’il soit injustifié.
D’autre part, nous suivons différents Conjoiners, ces humains dont la technologie leur permet de communiquer par la pensée et d’augmenter plusieurs de leurs capacités. Un des points de vue est celui de Skade, une femme haut-gradée faisant partie d’un conseil secret et qui commande donc plusieurs opérations dans l’ombre. Un autre point de vue est celui de Nevil Clavain, un ancien Démarchiste devenu Conjoiner, mais qui n’adhère pas avec les plans de Skade concernant les Inhibiteurs.
Dans la lutte contre ces machines, d’anciennes armes créées par les Conjoiners seraient un avantage indéniable, et heureux hasard, plusieurs d’entre elles se trouvent à présent en possession de Volyova, à bord du Nostalgia for Infinity.

Tout comme son prédécesseur, Redemption Ark est un roman qui prend son temps. Toutefois, contrairement au premier opus, cette mise en place paraît plus longue et peut-être moins nécessaire.
En effet, Revelation Space avait toutes ses raisons pour posséder un rythme modéré. Les personnages étaient assez nombreux et leur rôle dans l’histoire impliquaient donc un développement assez conséquent. De même, l’univers étant nouveau, l’auteur se devait d’en expliquer quelques rouages, le tout menant à des rebondissements qui pimentaient cette exposition. Une sensation que l’on peine à retrouver dans Redemption Ark.
Le deuxième volet possède également de nombreux personnages, mais leur développement s’avère inégal. Si les protagonistes sont plutôt bien représentés, les figures plus secondaires donnent parfois l’impression de remplir le décor, ce qui est regrettable car elles possèdent un certain potentiel. On peut noter l’exemple de Scorpio dont le passé nous est conté, mais que l’on ne voit finalement pas aussi souvent que l’on pourrait le penser à sa première apparition dans l’histoire. Le cas d’Antoinette Bax peut être également soulevé, accompagné de celui de Xavier Liu. Ces deux personnages sont au cœur d’une sous-intrigue, mais cette dernière s’avère plutôt survolée, au point que l’on peine à se sentir impliqué. Bien entendu, ces personnages permettent de montrer que la menace des Inhibiteurs concerne n’importe qui, et que son impact fait relativiser les problèmes à plus petite échelle, mais il est difficile de ne pas rester sur sa faim avec leur utilité et leur présence.
La faute en incombe peut-être au temps consacré à exposer les moindres détails de la préparation de l’évacuation de Resurgam. Il est normal qu’une telle opération ne puisse être réglée rapidement, mais entre les déboires de Volyova à communiquer avec le capitaine du vaisseau, les manigances de Khouri pour enrôler le citoyen Thorn dans leur cause, la ténacité de ce dernier à ralentir le processus pour obtenir davantage de preuves de ce qu’avancent les deux femmes, et la difficulté globale qu’impose une évacuation de cette ampleur, le rythme du roman ne peut qu’en souffrir. Si bien qu’à partir d’un certain moment, le temps semble avoir fait un bond, puisque d’une préparation laborieuse nous passons à un premier voyage en navette en cours d’exécution.
À cause de ces longueurs, il est dommage de ne pas retrouver des dates en début de chapitres, nous permettant de situer un peu plus précisément la chronologie des événements comme pouvait le faire Revelation Space.

Néanmoins, Redemption Ark demeure un livre plaisant à lire pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, l’auteur nous offre de nouvelles informations sur cet univers. Les Conjoiners sont mis en lumière de façon à ce que l’on comprenne leur fonctionnement, et de ce côté, les idées ne manquent pas. On peut observer comment ce peuple a pu prendre une telle importance, notamment d’un point de vue technologique, ce qui les mène donc à une certaine supériorité par rapport à d’autres factions humaines.
Ensuite, le récit nous propose de découvrir la vision des Inhibiteurs. Un choix qui aurait pu s’avérer risqué, car certains dangers deviennent moins effrayants une fois le mystère qui les entoure dissipé, mais c’est l’inverse qui se produit ici. Si l’on pouvait déjà saisir l’ampleur de la menace dans le premier opus, celui-ci nous dévoile à quel point les paroles rapportées sont exactes, car une facette manipulatrice s’ajoute à l’aspect efficace et inarrêtable que nous connaissions déjà.
Enfin, le nœud de l’histoire est tout à fait captivant. En effet, bien que leurs situations et leurs obligations soient différentes, les personnages de ce roman ont un ennemi commun : les Inhibiteurs. Malgré cela, l’humanité préfère se diviser plutôt que de s’allier et de chercher des compromis pour satisfaire tous les camps. Un point particulièrement intéressant puisqu’il est soulevé comme un argument en faveur des Inhibiteurs.

Finalement, malgré ses défauts, Redemption Ark est une bonne suite. Les enjeux prennent davantage d’ampleur et, compte tenu des événements, la tension augmente au point que l’on se demande ce que nous réserve le dernier tome de la trilogie.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.