Galactic North – ALASTAIR REYNOLDS


Titre français :
Non traduit

Résumé : Un recueil de nouvelles se déroulant dans l’univers de Revelation Space.

Les plus : Des nouvelles qui offrent des informations supplémentaires sur cet univers.
Les moins : Des idées qui peinent à être pleinement développées dans le format de la nouvelle.

En bref : Un recueil plaisant à lire, mais qui manque tout de même de substance.

Note :


Mon avis :

Galactic North est un recueil comprenant huit nouvelles se déroulant dans l’univers de Revelation Space. Globalement, tous ces récits contiennent des informations permettant d’étoffer un peu plus la saga, mais ils le font chacun à leur façon.

Great Wall of Mars et Glacial se suivent chronologiquement et se placent durant le passé de Nevil Clavain, un personnage fortement présent dans Redemption Ark. Ces deux histoires ne sont pas exceptionnelles, mais elles ont le mérite de répondre à quelques interrogations sur le personnage, notamment la première, puisque l’on assiste au fameux changement de faction. Si la deuxième nous montre l’adaptation de Clavain à cette nouvelle vie, le cœur se concentre plutôt sur un mystère.

Weather est un récit un peu plus indépendant, mais possède également des détails au sujet des Conjoiners. Utilisant un schéma assez classique d’incompréhension et de rejet de l’autre, le discours évolue dans le bon sens pour finalement dévoiler un élément assez perturbant qui remet en question beaucoup de passages de la saga.

Les nouvelles A Spy in Europa et Grafenwalder’s Bestiary peuvent être rapprochées puisqu’elles tournent autour des Denizens, des êtres mêlant des caractéristiques d’humains et de poissons, originellement créés afin d’effectuer les plus durs labeurs. La première histoire paraît assez quelconque, mais sert finalement de bonne introduction pour la seconde qui propose quelque chose d’un peu plus conséquent, avec une réflexion sur le problème éthique d’une collection d’êtres vivants.

Dilation Sleep et Nightingale sont deux récits tout à fait différents, hormis dans leur style. En effet, ils mêlent la science-fiction avec des codes de l’horreur, rendant leur propos plus intense. Si ce mélange fonctionne aussi bien, c’est bien entendu parce que les deux nouvelles utilisent des éléments typiques de l’univers qui se prêtent parfaitement à cela, pouvant ainsi de jouer avec des peurs que chacun peut expérimenter.

Enfin, le récit éponyme, Galactic North, permet d’obtenir un autre épilogue pour la trilogie Revelation Space. Offrant une nouvelle vision des événements du troisième tome, il ajoute également des informations sur les Nestbuilders. Cependant, loin de conserver l’optimisme sous-jacent de la trilogie, cette histoire insère un certain pessimisme allant même jusqu’au défaitisme.

Toutes les nouvelles de ce recueil possèdent des thèmes intéressants. Malheureusement, elles souffrent toutes du format. Alastair Reynolds semble être un auteur qui a besoin d’une certaine longueur pour développer ses idées.
Plusieurs nouvelles demeurent tout de même satisfaisantes sans avoir besoin de pages supplémentaires, comme Weather, Grafenwalder’s Bestiary ou encore Nightingale, car leur développement est complet pour ce que veut véhiculer chaque histoire. Néanmoins, les autres récits laissent un goût d’inachevé tant leurs sujets mériteraient un peu plus de place pour véritablement briller. C’est d’autant plus dommage pour une nouvelle comme Galactic North, où chaque segment va de plus en plus loin dans le temps, provoquant un vrai vertige, mais dont la substance s’avère un peu trop survolée.
À noter que Great Wall of Mars est un cas un peu plus particulier : l’histoire n’a pas spécialement besoin de s’étaler davantage, mais son intérêt réside uniquement dans le fait qu’elle dévoile une partie du passé de Clavain. Il s’agit d’un épisode s’intercalant dans la trilogie, mais qui, après réflexion, n’est pas si nécessaire.

Finalement, Galatic North est un recueil à réserver aux fans de l’auteur et de l’univers de Revelation Space, car les nouvelles sont plutôt là pour compléter notre savoir. Le recueil est agréable à lire, offrant des informations pouvant remettre en question certains éléments de l’univers, mais il manque un peu de consistance, comparé aux romans, ou même à des novellas comme Diamond Dogs et Turquoise Days.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.