Castle in the Air – DIANA WYNNE JONES


Titre français :
Le Château des nuages

Résumé : Abdullah, jeune marchand de tapis, acquiert un jour un tapis magique. La nuit de cet achat, le tapis le transporte dans un somptueux jardin où il fait la connaissance de la belle Flower-in-the-Night. Malheureusement, le début de leur idylle est interrompu puisque la jeune fille se fait enlever par un djinn.

Les plus : L’univers de conte. Les personnages. L’humour.
Les moins : Des idées parfois dépassées.

En bref : Un roman qui joue avec les codes des contes des Mille et Une Nuits pour nous offrir une aventure pleine de rebondissements.

Note :  

Mon avis :

Castle in the Air est la suite de Howl’s Moving Castle. Nous y suivons Abdullah, un jeune homme qui possède un petit étal où il vend des tapis. Sa vie est plutôt ennuyeuse, jusqu’au jour où un inconnu lui vend un tapis magique. La nuit de son acquisition, le tapis transporte Abdullah dans un magnifique jardin. Là-bas, il fait la rencontre de Flower-in-the-Night, une ravissante jeune fille qui n’est jamais sortie de sa demeure.
Abdullah tombe rapidement amoureux d’elle et ses sentiments semblent être réciproques, mais alors que les deux tourtereaux comptent s’enfuir ensemble, un djinn enlève Flower-in-the-Night. C’est le début des problèmes pour Abdullah, car bien qu’il soit déterminé à retrouver la jeune fille, le monde ne lui rend pas la tâche facile.

Une bonne partie du roman se déroule dans un pays au sud d’Ingary, ce qui permet à l’autrice de jouer avec les codes d’un autre type de contes.
En effet, à peine plongé dans le livre, on comprend aisément qu’il s’agira cette fois de ressembler aux Mille et une Nuits. On pourrait d’ailleurs rapprocher cette histoire de celle d’Aladin. Abdullah vient d’un milieu plutôt modeste, ce qui l’incite à rêver d’une autre destinée, s’imaginant être un prince qui aurait été recueilli par un marchand suite à un enlèvement. À sa rencontre avec Flower-in-the-Night, croyant à un rêve, Abdullah annonce être ce fameux prince inventé. Si on ajoute à cela un tapis volant et un génie dans une bouteille, nous avons là beaucoup d’ingrédients communs avec le célèbre conte.
Cependant, tout comme dans le volet précédent, l’histoire ne suit pas ce que l’on attendrait d’un tel récit. Par exemple, la commande permettant d’activer le tapis magique est assez peu gracieuse, et celui-ci sera plus enclin à obéir s’il a été flatté au moment de l’instruction. De même, le génie n’accepte de réaliser qu’un seul vœu par jour, et l’exécution cache souvent une mauvaise surprise apportant davantage de soucis que de soulagement.

Tout cela contribue bien entendu à l’humour du livre, ce dernier en étant rempli à chaque chapitre.
Les objets magiques faisant des difficultés, Abdullah se retrouve régulièrement dans des situations délicates, ce qui nous offre des péripéties très divertissantes à lire. Le style d’écriture et surtout la manière de parler du protagoniste jouent également beaucoup sur l’effet comique. La culture d’Abdullah l’empêche d’être véritablement grossier. Ainsi, le jeune homme use souvent d’ironie dans les formulations fleuries propre à la politesse, ce qui donne des échanges parfaitement délectables :

“It is possible that my low and squalid establishment might provide that which you seek, O pearl of wanderers,” he said, and cast his eye critically over the stranger’s dirty desert robe, the corroded stud in the side of the man’s nose, and his tattered headcloth as he said it.
“It is worse than squalid, mighty seller of floor coverings,” the stranger agreed.

De manière générale, les personnages sont intéressants à suivre. Abdullah, bien qu’il soit malmené par le destin, est quelqu’un qui fait preuve de détermination. Flower-in-the-Night, malgré son côté naïf au début du roman, se démarque par son intelligence et à sa capacité d’apprentissage. Le soldat de Strangia accompagnant Abdullah est une personne malicieuse, mais dont la débrouillardise est un atout. D’autres personnages, particulièrement féminins, brillent par leur indépendance et leur esprit. À noter que des têtes connues du premier opus font leur apparition, et que le mélange se fait suffisamment habilement pour que le récit demeure fluide.

Côté similarités, après le genre et les personnages, on peut remarquer qu’une fois de plus, le thème de l’identité conserve une place importante. En revanche, le cœur même du message se tient plutôt dans la réflexion de nos actions, ces dernières pouvant avoir de lourdes conséquences. Il s’agit donc d’assumer ses responsabilités selon les circonstances, et de faire preuve de compassion en se mettant à la place de quelqu’un d’autre.

Le bémol de ce livre serait peut-être la présence d’idées dépassées de nos jours. Compte tenu de la force des personnages féminins, il est dommage d’en voir réduites à leur physique sous le regard d’Abdullah. Prompt à dénigrer la corpulence des nièces de la première femme de son père, ainsi que le caractère d’un autre personnage, il est pourtant clément lorsque Flower-in-the-Night prouve qu’elle peut être tenace à son tour.
On pourrait donc ranger cela sous le fait que la narration se fait du point de vue d’Abdullah, et que celui-ci a une pensée en accord avec son pays où il est normal pour un homme d’avoir plusieurs épouses, mais qu’une femme se doit d’être monogame. Cependant, cela ne se limite pas au protagoniste, puisqu’un personnage féminin élevé selon d’autres coutumes considère que l’intérêt d’un homme envers une femme se présente dans sa volonté d’essayer de l’embrasser, sans qu’il soit question de consentement. Néanmoins, ces éléments s’avèrent suffisamment rares pour qu’ils ne gâchent pas la lecture.

Finalement, Castle in the Air est une excellente suite, restant dans la même veine que son prédécesseur. La parodie de conte est toujours présente, les personnages savent toujours nous captiver avec leurs aventures, et l’humour nous fait passer un très bon moment que l’on soit petit ou grand.

2 réflexions sur “Castle in the Air – DIANA WYNNE JONES

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.