North and South – ELIZABETH GASKELL


Titre français :
Nord et Sud

Résumé : La famille Hale se voit obligée de quitter le sud de l’Angleterre pour habiter dans une ville industrielle de nord. La différence entre les deux modes de vie étant immense, accepter ce nouveau foyer est une épreuve en soi. La rencontre avec John Thornton, patron d’une manufacture de coton, n’arrangeant pas les choses, puisque lui et Margaret Hale ne pourront s’empêcher de ressentir des préjugés l’un envers l’autre.

Les plus : La volonté d’établir un discours social.
Les moins : Les longueurs et les maladresses. Des péripéties répétitives. La fin trop abrupte.


En bref :
Un roman qui avait le potentiel d’offrir quelque chose en plus de la romance classique entre deux protagonistes se jugeant mal, mais qui finit par s’embourber dans ce qu’il souhaite raconter.

Note :  

Mon avis :

North and South nous raconte l’histoire de la famille Hale, et plus particulièrement de la fille, Margaret. Son père décide de quitter sa paroisse et son métier de pasteur suite à ses doutes envers l’Église, obligeant la famille à déménager. Les Hale abandonnent donc le sud de l’Angleterre pour s’installer dans une ville industrielle du nord, Milton-Northern, où Mr Hale devient professeur privé.
Malgré ce nouveau mode de vie difficile, Margaret se lie d’amitié avec un ouvrier, Nicholas Higgins, et découvre la dureté du travail dans les manufacture de coton de la ville. Parallèle à cela, Mr Hale a pris comme élève Mr Thornton, patron d’une de ces manufactures de coton. Très vite, Margaret et lui peinent à s’entendre tant leurs avis divergent, chacun ayant leur orgueil et des préjugés envers l’autre.

Ce livre est souvent comparé à Pride and Prejudice de Jane Austen, et à juste titre, puisque nous y retrouvons une structure similaire concernant la romance. Nous avons deux protagonistes (Margaret Hale et John Thornton), chacun venant d’un monde différent (le sud aristocratique et le nord industriel), prenant chacun à cœur de défendre ses opinions et nourrissant des préconceptions. Au fil des pages, la mésentente fait place à la compréhension, jusqu’à ce que les deux personnages se respectent et s’avouent leur amour. Malheureusement, la recette est ici moins engageante que dans le roman de Jane Austen.
En effet, Margaret Hale est loin d’être aussi intéressante qu’Elizabeth Bennet. Elle fait preuve de beaucoup de dédain, même dans ses actions charitables, et malgré cela, le texte semble insister sur l’idée que tous les autres personnages la trouve charmante. Margaret est présentée comme une sainte aux yeux de tout le monde, sa seule faute étant le mensonge qu’elle profère afin de protéger un être cher. Quant à John Thornton, on peut concéder qu’il soit plus intéressant puisqu’il apporte l’aspect social du livre.

À noter que Margaret n’est pas unique dans son cas. Sa mère est d’un caractère peu appréciable, et son père est un être faible dont la volonté plonge pourtant la famille dans le désarroi. Sa tante et sa cousine sont difficilement supportables, et seuls Mr Lennox et Mr Bell semblent des proches avec suffisamment de sympathie et de bon sens. Du côté de Mr Thornton, sa mère semble être une reprise de Lady Catherine, et sa sœur ne paraît être là que pour créer un contraste avec Margaret. Cependant, tous ces personnages, malgré leurs défauts, pourraient fonctionner si la satire sociale était mieux réalisée.
Ce qui mène à la volonté de discours social du roman. Il tente de nous interpeller sur la condition de travail des ouvriers, notamment avec la fille de Higgins malade à force de respirer les particules du coton, ou encore de dénoncer les patrons cherchant à posséder une main d’œuvre peu chère, ce qu’on voit avec la venue des Irlandais pendant la grève. Cependant, malgré toutes les bonnes intentions, le résultat n’est pas aussi saisissant qu’il le voudrait. La grève et l’émeute décrites sont peu impressionnantes, et surtout, certains passages desservent la cause abordée.
Par exemple, John Boucher est un stéréotype du mauvais ouvrier, et il est mentionné que ses travers viennent certainement du fait qu’il possède du sang irlandais. On pourrait croire à une volonté d’accuser ces idées circulant à l’époque, mais il est difficile d’y croire lorsqu’il est dit également que les ouvriers irlandais n’ont pas réussi à produire la même qualité de travail que les autres.
Pourtant, les efforts étaient présents avec le personnage de Higgins faisant partie de l’Union, ses interactions avec Thornton laissant espérer une possibilité d’entente entre les besoins des ouvriers et ceux des patrons, mais l’exécution n’est pas à la hauteur des attentes.

Du point de vue de la romance, celle-ci traîne beaucoup trop en longueur. Les protagonistes passent trop de temps à penser à l’autre plutôt que de communiquer avec. Le problème est tel que pour les rapprocher, l’autrice finit par employer la péripétie radicale qu’est la mort d’un proche. Chose qui sera utilisée à de nombreuses reprises au point que cela en deviendra beaucoup trop factice.
Bien que nous ayons accès aux pensées des deux protagonistes, il est difficile de croire à leur attachement. Pourquoi John s’attache-t-il autant à Margaret ? Pourquoi, l’opinion de John devient-elle si importante pour Margaret ? Voilà des détails sur lesquels il aurait été bon de s’attarder. Malheureusement, l’intrigue s’enlise, et lorsque les personnages parviennent enfin à se parler et se comprendre, la fin arrive tel un couperet. Il en est à se demander s’il ne manque pas des pages pour expliquer ce dénouement si brusque.

Finalement, North and South est un livre qui avait beaucoup de potentiel à vouloir transposer une histoire telle que Pride and Prejudice dans un contexte d’industrialisation. Toutefois, l’exécution est maladroite et ne parvient pas à captiver autant qu’elle le voudrait, puisque la romance est laborieuse, et l’aspect social semble trop survolé et mal géré.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.