Pet Sematary – STEPHEN KING

Titre français : Simetierre

Résumé : La famille Creed emménage dans la petite ville de Ludlow, l’endroit idéal pour une vie calme, hormis peut-être la grande route sur laquelle circulent de nombreux camions. Toutefois, Ludlow possède un secret dérangeant en lien avec le cimetière pour animaux situé derrière la nouvelle propriété des Creed.

Les plus : L’ambiance. Le développement du thème principal.
Les moins : Pas de défauts notables.

En bref : Un excellent roman qui aborde le deuil de façon poignante, et sachant jouer avec les craintes de chacun concernant la mort.

Note :

Mon avis :

Pet Sematary est considéré comme l’un des romans les plus effrayants ou du moins perturbants de Stephen King. L’auteur lui-même nous indique dans son introduction du livre qu’il s’agit de l’histoire qui le touche le plus, certainement parce que certaines scènes font directement écho à une expérience personnelle.
Nous suivons la famille Creed constituée de Louis ; sa femme Rachel ; leurs enfants, Ellie âgée de 5 ans, et Gage âgé de 2 ans ; ainsi que de leur chat, Church. Ils emménagent dans une ancienne demeure dans la petite ville de Ludlow dans le Maine. Là-bas, ils font la connaissance de Jud et Norma Crandall, un vieux couple qui dégage une sympathie typique de grand-parents. Jud prévient Louis de se méfier de la route qui traverse la ville, car les nombreux camions qui circulent dessus n’en sont pas à leur premier accident, en témoigne un petit endroit spécial.
En effet, derrière la propriété des Creed, au bout d’un sentier traversant la forêt, se trouve un cimetière d’animaux à la pancarte mal orthographiée, créé par des générations d’enfants de Ludlow. Cependant, au-delà de ce lieu de recueillement, se trouve autre chose connu de quelques habitants et dont le secret est aussi jalousement gardé que craint.

Pet Sematary est un roman qui construit lentement mais sûrement son ambiance. Sur de nombreux chapitres, nous plongeons dans le quotidien de la famille Creed, nous permettant de découvrir chacun de ses membres dans les moindres détails. Le fait que ces chapitres soient en moyenne assez courts intensifient l’effet « tranche de vie » que veut instaurer l’auteur. Le but est bien entendu de nous attacher à cette famille et de nous faire comprendre leur essence afin de mieux saisir comment les événements à suivre peuvent toucher chacun des protagonistes.
En cela, Stephen King réussi à la perfection, puisque le récit est comparable à un rocher en haut d’une colline : tant qu’il est immobile, tout va bien, mais dès qu’un petit élément lui fait perdre l’équilibre, il dégringole sans pouvoir s’arrêter. Ainsi, dès que l’horreur s’invite dans la narration, c’est impuissant que nous assistons au déroulement de l’histoire, et le fait d’avoir vécu longuement avec les personnages nous permet de réaliser pourquoi il est d’empêcher l’irréparable. C’est donc une atmosphère sombre et défaitiste qui se dégage de ce livre, alors qu’il commençait plutôt sereinement, un peu à la manière dont la mort s’invite brusquement au sein de la vie.

Ce qui n’est pas un hasard, puisque le thème principal de Pet Sematary est la mort, s’étendant jusqu’à la façon dont chacun gère le deuil. Tous les protagonistes sont confrontés de près ou de loin à cela. Louis est médecin, ce qui rend le risque de côtoyer la mort plus important. Il a donc une approche très terre à terre de la chose, contrairement à sa femme. Cette dernière a été traumatisée par la maladie et le décès de sa sœur durant son enfance, la rendant absolument thanatophobe. De ce fait, lorsque Ellie prend conscience de la mort pour la première fois après sa visite au cimetière d’animaux, les deux parents sont en conflit sur la manière d’expliquer cet état inévitable à leur fille.
Bien entendu, l’approche de chacun va évoluer au fil du récit, et l’on peut féliciter l’auteur d’avoir su amener les retournements de situation sans qu’ils ne paraissent improbables. Le coup de génie a été d’intégrer les pensées du personnage dont nous lisons le point de vue dans le chapitre en cours. Ainsi, il nous est permis de voir les débats internes de chacun, écrits avec suffisamment de réalisme pour que chaque décision nous semble logique dans le contexte, aussi mauvaise soit elle.

Finalement, Pet Sematary est un roman qui joue avec la peur la plus basique qui existe, celle de la mort, et notre capacité à l’accepter pour faire son deuil. Le fantastique n’est somme toute que secondaire, mais il permet d’exacerber la moindre petite réflexion que l’on pourrait avoir pour contourner ce passage inéluctable de la vie. Ainsi, c’est une véritable tragédie qui se déroule sous nos yeux, nous entraînant avec elle pour mieux nous marquer au fer rouge.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.