Autour de la lecture #5 – L’OBSESSION

Vous est-il déjà arrivé d’avoir une obsession pour une œuvre ?
Je ne parle pas d’un coup de cœur (même si cela peut en être un), car il est possible d’avoir un coup de cœur, de vraiment apprécier un livre, de le chérir, mais de s’arrêter là.
Je parle de ce sentiment que vous pourriez lire et relire un livre plusieurs fois d’affilée sans jamais vous lasser. Ce sentiment d’être si attaché à cette histoire en particulier que vous avez envie de découvrir tout ce qui a été créé à son sujet, que ce soit des films, des séries, ou autres supports.
Voilà pourquoi je parle d’obsession, car je ne vois pas comment décrire autrement ce fait.

Il m’est impossible d’expliquer clairement ce phénomène. J’ai beau avoir de gros coups de cœur envers certaines œuvres, j’ai tout de même conscience que si je les relis ou que je revois une adaptation très peu de temps après, je risque de saturer. Pourtant, j’éprouve tout de même une obsession dans certains cas.
Est-ce parce que l’œuvre est plus courte et, de ce fait, plus rapide à relire ou à revoir ? Cela peut jouer, mais je ne pense pas que ce soit si important, car peu importe sa longueur, il s’agit de la même histoire. J’ai beau adorer la tarte au citron meringuée, si je ne mange que cela pendant une semaine, la décoration peut très bien changer, je vais tout de même m’en lasser.

Je pense tout simplement que ces œuvres résonnent intensément au fond de nous. Que ce soit inconscient ou non, elles touchent un point important de notre être. Peu importe l’élément en question (les événements, les personnages, l’écriture, etc.), il y a quelque chose qui s’adresse directement à ce que nous sommes, et c’est pour cela qu’elles nous hantent à ce point.

J’enfonce certainement des portes ouvertes avec cette tache d’encre, mais j’avais envie d’évoquer ce phénomène. Je trouve cela fascinant qu’une œuvre puisse avoir un tel effet, et que cet effet ne tienne qu’à un fil, que ce soit dans son déclenchement ou sa fin.

Publicités

Le Comte de Monte-Cristo – ALEXANDRE DUMAS

Résumé : France, 1815. Edmond Dantès est un jeune marin dont sa promotion de capitaine et sa belle fiancée Mercédès font des envieux. À cause d’un complot de ces jaloux, Edmond se voit arrêté et conduit au château d’If. Au fond de son cachot, le jeune homme réfléchit à sa vengeance.

Les plus : Les personnages. Les thèmes. Le déroulement de la vengeance si bien calculée.
Les moins : Certains passages un peu pompeux dans l’écriture.

En bref : Un classique indémodable qui tient le lecteur en haleine à travers son histoire si minutieusement orchestrée.

Note : Lire la suite »

The Graveyard Book – NEIL GAIMAN


Titre français : L’Étrange Vie de Nobody Owens

Résumé : Un enfant d’environ un an, dont la famille vient d’être assassinée, parvient à se réfugier dans un cimetière. Ses habitants décident de l’adopter et de le protéger contre le tueur qui cherche à terminer son travail.

Les plus : L’atmosphère du livre. Les thèmes
Les moins : Les antagonistes un peu délaissés.

En bref : Un roman très agréable à lire, jouant avec le macabre pour nous offrir une ode à la vie.


Note :
Lire la suite »

Coraline – HENRY SELICK

Titre français : Coraline

Résumé : Coraline déménage avec ses parents dans une nouvelle maison. Alors qu’elle semble peu satisfaite de cette nouvelle vie, la fillette découvre une petite porte qui la mène vers un autre monde. Malgré la perfection de cet endroit, Coraline va y apprendre qu’il faut se méfier des apparences.

Les plus : L’animation en stop motion qui sert vraiment l’histoire.
Les moins : Le personnage principal agaçant par moments.

En bref : Une adaptation qui a su se démarquer un peu du livre original pour offrir un spectacle plaisant à regarder.

Note :

Critique de l’œuvre littéraire ici Lire la suite »

The Ocean at the End of the Lane – NEIL GAIMAN

Titre français : L’Océan au bout du chemin

Résumé : Un homme retourne dans la région de son enfance pour assister à un enterrement. Il y revoit son ancienne maison, puis décide d’aller à la ferme se situant au bout du chemin. Là-bas, de nombreux souvenirs refont surface.

Les plus : Les sujets et leur traitement. La poésie du texte.
Les moins : Des passages assez délicats à lire.

En bref : Une histoire emplie de mélancolie qui aborde de façon étrange, mais pourtant juste, des thèmes qui nous concernent tous, comme l’enfance.

Note : Lire la suite »