Cyrano de Bergerac – EDMOND ROSTAND


Résumé :
Cyrano est excellent bretteur et rimeur, mais doté d’un imposant nez. Un détail qui l’empêche de déclarer sa flamme auprès de Roxane, alors que celle-ci est éprise du jeune et beau Christian.

Les plus : L’impression d’avoir une pièce vraiment vivante. Les émotions qu’elle transmet.
Les moins : Peut-être son entrée en matière un peu déroutante au début, mais ce n’est que passager.

En bref : Un classique qui mérite vraiment son succès et qui nous conte une des histoires d’amour les plus belles et les plus tristes.

Note : 5/5

 

Mon avis :

Cyrano de Bergerac est la pièce la plus célèbre d’Edmond Rostand. Jouée pour la première fois le 28 décembre 1897, elle sera un tel succès que le ministre des finances de l’époque ira épingler la Légion d’honneur à la poitrine de l’auteur, déclarant prendre de l’avance. En effet, le 1er janvier de l’année suivante, Edmond Rostand recevra officiellement cette distinction. Tout cela est-il mérité ? Je vous réponds un grand oui.

La pièce met en scène le personnage éponyme, bretteur et rimeur hors pair qui ne manque pas l’occasion de faire preuve de son esprit. Cependant, Cyrano est doté d’un nez imposant et quiconque en fait la réflexion devient sa cible.
Après une entrée en matière plutôt amusante, nous apprenons que l’homme est amoureux de sa cousine Roxane. Malheureusement, cette dernière n’a d’yeux que pour Christian de Neuvillette. Le jeune homme est beau, mais ne sait trouver les mots pour séduire sa belle. Cyrano se propose donc de lui souffler ses répliques, voyant ici une occasion de transmettre ses sentiments à Roxane sans pour autant en récolter les fruits.

Cette pièce possède une aura particulière, et ce, dès les premières lignes. Le premier acte qui peut en déconcerter plus d’un. En effet, nous y voyons des personnages se rendre dans une salle afin d’assister à une pièce de théâtre. Toutefois, l’auteur intègre une véritable foule, ou bon nombre de gens n’ont qu’une réplique et ne réapparaîtront pas par la suite. Si ce procédé peut paraître étrange, il n’en est pas moins astucieux car, de cette façon, la pièce semble vraiment déborder de vie. Nous ne ressentons pas l’artifice où tous les personnages se connaîtraient comme par un heureux hasard.
À cela, nous pouvons ajouter le fait que chaque acte possède un titre indiquant l’élément important qui s’y déroulera. De même que de nombreux détails sont indiqués au sujet des lieux, des décors, des personnages. Les didascalies sont également nombreuses et vont jusqu’à décrire la façon dont regardent certains protagonistes.
Avec tous ces éléments, Edmond Rostand pousse les codes du théâtre pour les mêler à ceux du roman, rendant ainsi sa pièce plus que réaliste et permettant au lecteur de s’impliquer davantage dans l’histoire. Néanmoins, il n’est pas étonnant que l’auteur craignait pour ses comédiens, étant conscient du défi que représente sa pièce.

Cyrano est un personnage terriblement attachant. Le premier acte sert à nous l’introduire de manière tout à fait exquise. Des amis à lui ont peur de le voir apparaître, car il déteste l’acteur principal sur scène. Nous devenons donc aussi impatient que les spectateurs, eux, attendant que la pièce commence, et nous, attendant que Cyrano arrive. Et quelle entrée ! Cyrano paraît très rude envers son ennemi, mais le lecteur ne peut qu’être gagné par son charme dès qu’il entre en duel et déclame sa tirade sur les nez. Nul doute que ce personnage Gascon emprunte des traits de caractère à D’Artagnan, celui-ci faisant une petite apparition furtive.
Cependant après avoir ri, le lecteur se rend compte de la fragilité sous le masque. Cyrano est très complexé par son nez et le voit comme un obstacle à son bonheur. En cela, l’aide qu’il apporte à Christian pour que ce dernier puisse séduire Roxane est déchirante à voir. En effet, il est évident que la jeune femme éprouve de l’attirance pour les mots, et de ce fait, l’âme de Cyrano, mais ce dernier demeure dans l’ombre. Notre poète fait souvent preuve d’héroïsme et de sacrifice pour le bonheur de sa cousine, nous livrant ainsi la démonstration d’un amour pur.

Finalement, Cyrano de Bergerac est une pièce à lire sans hésitation. Le texte est une pépite de poésie et nous fait ressentir tout un panel d’émotions. Nous rions avec Cyrano, nous partageons ses espoirs et sa déception, nous souffrons de sa peine, nous avons le cœur serré par son abnégation, les plus sensibles verseront même une larme pour ce noble héros.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.